Jean Lurçat
Lycée Régional
MARTIGUES CEDEX
 

DU THEATRE AU LYCEE AVEC « CAHIER D’HISTOIRES »

mardi 30 mars 2010, par GRAND Marie laure

Olivier Maurin, metteur en scène de la pièce de Pauline Sales « Léa Lapraz », a rencontré les élèves du Club Presse lors de la journée Cahier d’Histoires : une journée dédiée au théâtre au sein même de l’établissement Jean Lurçat.

CLUB PRESSE : Pourriez-vous nous dire en quoi consiste le métier de metteur en scène ?
OLIVIER MAURIN : Metteur en scène c’est une peu la personne centrale aujourd’hui dans le théâtre. Pas forcément qui a tout le pouvoir, et toute l’importance, etc.… Mais c’est lui qui souvent, pas toujours car il y a plein de formes très différentes de théâtre, choisit le texte d’un auteur, d’un poète qu’il a envie de travailler, rassemble l’équipe : les acteurs, les costumiers, les scénographes, les éclairagistes, les gens qui font du son, etc.… Et qui aussi a en charge souvent de mettre un peu en œuvre ce qu’il faut pour trouver les moyens de monter le spectacle, les théâtres dans lesquels ça peut se jouer. Et puis après il y a tout le travail en même temps d’organisation du plateau, pour que le texte puisse vivre, et puis ce qu’on appelle la direction d’acteurs, savoir guider les acteurs dans le jeu.
 
 
Le metteur en scène Olivier Maurin
 
CLUB PRESSE : Pourquoi avoir choisi de mettre en scène des pièces de théâtre dans des lycées ?
OLIVIER MAURIN : Sur ce spectacle il y a deux metteurs en scène. Donc, il y a moi et puis un autre metteur en scène qui s’appelle Philipe Delaigue, qui se trouve être le directeur de la compagnie, et c’est lui qui m’a invité à travailler avec lui dans sa compagnie. Donc je vais parler un peu en son nom puisque ce n’est pas moi qui suis à l’initiative de ce projet. Il avait le désir de travailler pour des jeunes spectateurs, d’aller les rencontrer là où ils sont, à savoir au lycée une bonne partie du temps. Et pour ce faire de faire écrire des pièces spécialement pour ça. C’est-à-dire de rencontrer les jeunes avec ce que l’on appelle une commande d’écriture, enfin de demander à des auteurs d’écrire spécialement des pièces pour des jeunes spectateurs et d’écrire ces pièces là pour qu’elles soient jouées dans des lieux précis du lycée. Donc les auteurs ont eu comme commande d’écrire chacun une pièce - il y a quatre pièces en tout - qui se déroulerait dans un lieux précis, la cour, le C.D.I, une salle de classe et le réfectoire, avec également une thématique précise qui a été puisée dans un livre écrit par des lycéens.
 
CLUB PRESSE : Comment sélectionnez-vous les lycées ?
OLIVIER MAURIN : Ce n’est pas nous qui sélectionnons les lycées. Nous proposons ce spectacle, des gens qui travaillent dans le théâtre viennent le voir et ensuite le spectacle est acheté par ces théâtres là et ensuite c’est les théâtres qui s’occupent de travailler avec les lycées.
 
CLUB PRESSE : Pour vous, qu’est-ce qui fait une bonne représentation de théâtre ?
OLIVIER MAURIN : Il y a des spectacles dont on est plus ou moins satisfait, il faut les faire du mieux qu’on peut, mais c’est toujours une aventure un spectacle.
 
CLUB PRESSE : Vous choisissez les pièces que vous allez mettre en scène ?
OLIVIER MAURIN : Oui mais on en monte pas tant que ça dans une année. Quand on en fait une c’est déjà bien et puis il y a beaucoup de textes qui existent donc on lit, on choisit quelque chose que l’on aimerait raconter et aussi une forme théâtrale qu’on aimerait raconter. La langue d’un texte, la poésie de ce texte est aussi importante que ce que ça raconte. Et ensuite, il faut aussi qu’on soit satisfait de ce travail-là. C’est un travail d’équipe alors des fois ces énergies-là se combinent très bien et parfois moins. Après, la spécificité d’une représentation, ça c’est une sorte d’alchimie qui est la présence dans ce moment-là des acteurs sur scène mais aussi l’écoute et la présence des spectateurs. C’est ça qui fait vraiment une bonne représentation. C’est cet espace-là de partage entre le public et les acteurs.
 
CLUB PRESSE : Cela vous a pris combien de temps pour mettre en scène les pièces de théâtre jouées aujourd’hui ?
OLIVIER MAURIN : On a travaillé une vingtaine de jours, ce qui est assez peu, mais en même temps c’est des pièces courtes puisqu’elles sont de vingt minutes. Donc nous avons travaillé huit heures par jour sur ce projet avec toute l’équipe. Quand on prend le texte, il est écrit et c’est tout, on doit inventer donc on essaie des choses, certaines marchent, d’autres non… Alors on change, on reprend, puis il y a des mises en scènes qui ont très bien marché mais on ne les retrouve plus... L’acteur doit jouer comme si c’était la première fois alors qu’il l’a fait trente fois.
 
 
Olivier Maurin répondant aux questions de Norma
 
CLUB PRESSE : Vous vous adaptez aux lycées dans lesquels vous allez ?
OLIVIER MAURIN : Oui, on sait chaque fois qu’on joue dans le C.D.I, la cour, le réfectoire et une salle de classe. Donc chaque fois on s’adapte mais on essaie de retrouver des configurations qui se ressemblent, par exemple au C.D.I c’est praticable au sol avec une chaise, en face, le public est disposé en petit arc de cercle. Donc on s’adapte tout en essayant de retrouver des marques.
 
CLUB PRESSE : Vous tournez dans toute la France avec cette troupe puis vous tournez ensuite avec une autre compagnie ?
OLIVIER MAURIN : Oui. J’ai d’autres projets soit avec d’autres compagnies soit… Pour l’instant je ne sais pas. J’ai peut-être le projet d’un spectacle pour enfant mais je travaille aussi avec des jeunes acteurs dans une école supérieure de théâtre.
 
N.F. P.R. V.A.
 
Lycée Régional Jean Lurçat – Boulevard des rayettes BP 70129 - 13693 MARTIGUES CEDEX – Responsable de publication : Monsieur WACHOWIAK
Dernière mise à jour : samedi 13 juillet 2019 – Tous droits réservés © 2008-2019, Académie d'Aix-Marseille