Jean Lurçat
Lycée Régional
MARTIGUES CEDEX
 

Intervention d’une journaliste russe, Diana Velibekova, au lycée

vendredi 21 mai 2010, par GRAND Marie laure

 

Intervention d’une journaliste russe au lycée

 

Une jeune femme russe, Diana Velibekova, exilée politique, est venue nous exposer sa situation.

 

Diana est arrivée à Paris après avoir fui la Russie où il ne fait pas bon être journaliste. Elle fut d’abord hébergée par la Maison des Journalistes, avant de trouver une collocation avec une jeune fille russe à peu près dans la même situation qu’elle. Elle ne peut pas retourner dans son pays, le Daghestan où elle est recherchée pour avoir réalisé un documentaire compromettant le gouvernement. En effet, ce reportage expose la corruption qui règne en maître dans son État.

La Russie est un pays où la liberté de parole est restreinte et la censure courante, le régime en pratique est une démocratie peu démocratique. Le président en charge n’hésite pas à user de tout son pouvoir politique pour corrompre le gouvernement et de tels actes sont courants dans les rangs inférieurs de la hiérarchie. C’est donc un gouvernement plus proche de la dictature que de la démocratie qui est exercé en Russie.

Diana a vécu toute son enfance au Daghestan et est entrée à l’âge de 15 ans à l’université. C’est là qu’elle commence à écrire des articles de presse qu’elle n’hésite pas à afficher sur les murs de l’établissement bien qu’ils ne vantent pas le gouvernement russe. Ces affichages furent suivis d’une lettre du directeur lui demandant d’arrêter, conseil qu’elle ne suivit pas du tout. Par la suite, elle obtint son diplôme de professeur de lettres malgré ses engagements politiques. Puis, elle fut engagée par la télévision officielle du Daghestan comme journaliste. Mais ce n’était pas comme elle l’imaginait. En effet, ses reportages étaient strictement guidés par le rédacteur qui censurait automatiquement les informations qu’il ne souhaitait pas diffuser. Elle ne pouvait donc pas s’exprimer librement et n’était qu’une « marionnette ».

Un jour, Diana et son équipe réalisent le reportage de trop sur la corruption au sein du gouvernement daghestanais. Suite à cette vidéo, qui fut dérobée, elle reçut des menaces de mort et se cacha. Quelques jours après, un de ses collaborateurs fut assassiné, ainsi que le directeur de télévision, le même jour, à Moscou. Six mois plus tard, le dernier collaborateur fut lui aussi assassiné. Sentant la menace s’alourdir, la journaliste se fit fabriquer de faux papiers pour pouvoir passer la frontière sans encombres.

Diana franchit la frontière en direction de Paris. Elle a choisi de s’exiler en France car on peut y obtenir plus facilement un visa et aussi parce qu’elle parlait déjà un peu français.

Bien que Diana soit en sécurité ici, elle encourt toujours le risque d’être retrouvée par les autorités russes mais ne préfère pas y penser. Elle s’est déjà mise fortement en danger. Mais elle continue d’avancer, gardant un fol espoir pour qu’un jour son pays devienne, enfin, un pays libre, une démocratie. 

NORMA & PETRA

 
Lycée Régional Jean Lurçat – Boulevard des rayettes BP 70129 - 13693 MARTIGUES CEDEX – Responsable de publication : Monsieur WACHOWIAK
Dernière mise à jour : vendredi 5 avril 2019 – Tous droits réservés © 2008-2019, Académie d'Aix-Marseille