Jean Lurçat
Lycée Régional
MARTIGUES CEDEX
 

La journée du développement durable

mardi 15 juin 2010, par GRAND Marie laure

Avec un peu de retard ;-) les élèves du Club Presse vous livrent leurs impressions sur la journée du développement durable. Trois articles de Norma, Petra et Victor.

Ces articles sont également en ligne sur le site du Club Presse : http://marie.grand.free.fr

 

 

An 2038 : Combinaisons futuristes et valse chantée
 
Quand quatre élèves de la 1ère S1 montent une pièce de théâtre chimique, La valse des plastiques voit le jour.
 
 
Séréna, Mathilde, Bastien et Valentin nous offrent un voyage dans le temps autour du thème des plastiques. Si ce thème est, il faut l’avouer, ennuyeux, la manière dont ils l’ont abordé l’a rendu agréable.
 
 
 
C’est donc une pièce de théâtre qui s’installe dans la salle de conférence où valse et station futuriste se mêlent, rythmés par une chanson de leur composition et par des noms d’atomes pour le moins étranges. Le silence se fait peu à peu dans la salle et les deux acteurs, Mathilde et Valentin, entrent dans la combinaison d’hommes du futur débattant sur l’origine du plastique. Ils remontent le temps dans leur station de traitement et se retrouvent en 1950 le temps d’une valse ou d’un rêve, puis, revenus à leur réalité en l’an 2038, reprennent l’histoire de la matière plastique depuis sa création. Quelques derniers pas de danse accompagnés par le chant résonnent dans la salle avant le retour en 2010, destination lycée Jean Lurçat.
 
 
 
Cette pièce était destinée aux olympiades de chimie, dans laquelle elle a été bien classée, et a été encadrée par Mme Atger. Il ne faut pas oublier que cette représentation a eu lieu durant la journée du développement durable et qu’elle y avait parfaitement sa place puisqu’ils sont allés jusqu’à imaginer quelles améliorations cette matière pourrait subir afin de devenir plus écologique.

Norma 

 

 

 

 

 

SENSIBILISATION AU

DON D’ORGANE AU LYCEE JEAN LURCAT

 

Lors de la journée du développement durable une association, pourtant pas comprise dans ce thème, est venue au lycée rencontrer la classe de 2de 5. Quelques bénévoles de l’association ADOT 13 ayant pour but d’informer sur les dons d’organes, sont venus expliquer aux élèves les principes, les buts et les résultats de cet acte vital trop souvent mal compris …

 

Donneur, receveur, qui ? Comment ? Pourquoi toutes les personnes ne sont pas compatibles ?… Voilà toutes les questions que le bénévole principal va essayer d’éclaircir pendant deux heures.

Pour commencer : Qu’est-ce-que le don d’organe ? Une question simple au premier abord, mais qui se complique lorsque l’on entend les réponses données par les élèves présents. Lors d’une séance très interactive entre élèves, bénévole et professeurs, nous nous rendons très vite compte qu’il y a méprise : le trafic d’organes est trop souvent évoqué … Nous comprenons alors que ce geste vital dont tout le monde pourrait avoir besoin un jour est inconnu ou mal compris par l’ensemble de la classe. Malgré l’absence d’un témoin receveur, plusieurs histoires poignantes sont narrées, dont une par le biais d’une vidéo qui explique en détail le déroulement du don (de l’accident du donneur au receveur en passant par toutes les étapes administratives). Cette conférence explique, sans tomber dans la propagande, la nécessité du don d’organes, de sang ou même de moëlle osseuse. En sortant de cette entrevue instructive nous apprenons à penser à autrui, nous pouvons désormais comprendre et faire un don sans crainte. 

 

 

 

 
Petra

 

 

 

 

 

 

Manger sainement et à prix réduit au lycée

 

14h15 début de la rencontre avec Colette Mottin (secrétaire d’intendance affectée à la demi pension) et Michel Mesmin (chef cuisinier).

 

 

Une journée de développement durable, c’est une action que l’on accomplit jusqu’au bout avec sept conférences différentes, une pièce de théâtre, un stand de découverte d’une association et de la biodiversité mais aussi un repas bio.

 

Victor : De nos jours peu de cantines préparent du bio à tous les repas, mais il y a de plus en plus la volonté de faire découvrir le bio et d’habituer les jeunes à en manger. Cependant un repas bio n’est-il pas plus cher ? Plaît-il aux élèves ? Evitent-ils le gaspillage ?

 

Colette Mottin : Un repas bio coûte effectivement beaucoup plus cher qu’un repas normal, mais le Conseil Régional participe, grâce à l’action "Produire et manger bio en PACA", au financement des repas bio dans les établissements.

Certes si l’on mangeait tous les jours bio les prix des repas augmenteraient de 50% par rapport au prix habituel des repas normaux.

Grâce à ce programme, les repas bio quasi absents des cantines il y a trois ans, sont aujourd’hui beaucoup plus courants, de l’ordre d’une fois par mois pour le lycée Jean Lurçat.

Mais ces repas ne sont pas ceux qui ont le plus de succès dans les cantines, au contraire, selon les menus ce sont les repas les plus coûteux et les plus gaspillés. On en déduit donc que les élèves ne sont pas tout le temps satisfaits des repas bio, cependant certains disent « être contents » de manger bio, mais qu’il faudrait que les repas soient plus travaillés.

Nous avons posé la question à Michel Mesmin, celui-ci avoue qu’il y a un manque de temps et d’enthousiasme des employés de cantine, mais qu’il y a aussi un certain manque de personnel.

Le repas bio rentre bien dans le cadre de la journée du développement durable, mais il y a encore que peu d’occasions de manger bio dans les cantines, on peut espérer que d’ici une dizaine d’années tous les élèves mangent des repas bio dans leur établissement.

Victor

 
Lycée Régional Jean Lurçat – Boulevard des rayettes BP 70129 - 13693 MARTIGUES CEDEX – Responsable de publication : Monsieur WACHOWIAK
Dernière mise à jour : mardi 18 juin 2019 – Tous droits réservés © 2008-2019, Académie d'Aix-Marseille